Infographies

Référencement site immobilier

Infographie : étapes et choix pour un site Internet d’agence immobilière

Structure du site et technologie

La première étape d’une bonne visibilité et une bonne indexation d’un site Internet d’agence immobilière, se fait dès sa conception. Dès le départ il va falloir sélectionner la bonne technologie (ou langage si on part d’un développement) et qu’ensuite la structure soit appropriée et qu’elle réponde à la norme du Web.

Quelles sont les différentes technologies possibles ? Il en existe de toutes sortes. Soit opter pour une technologie prête à l’emploi, la plus célèbre étant WordPress mais il y en a d’autres. L’avantage de ce type de package permet une très grande souplesse pour le choix d’hébergement, la mise en place d’une charte graphique, d’extensions et de maîtriser la vitrine en ligne de l’agence. Cependant ce type de solution comporte aussi quelques contraintes :

  • il faut être un minimum à l’aise avec des bases techniques (FTP, nom de domaine, hébergement mutualisé ou dédié) ce qui n’est pas à la portée de tous les agents immobilier
  • initialement, ce type de technologie n’est pas pour l’immobilier (il faut bricoler un peu, ajouter une extension type « Annonces immobilières » et « Diagnostics immobilier » pour que le site soit fonctionnel et légalement conforme
  • ces scripts de déploiements, ne sont jamais par défaut connectables à des logiciels immobilier ou autres CRM (il faudra développer un script sur mesure pour alimenter les annonces de manière automatique, ce travail est du développement pur, impossible à faire pour un novice)

Autre possibilité, le développement « from scratch » du site Internet de l’agence, cela sous entend : Partir de rien, et implique d’être accompagné d’un codeur ou d’une équipe de développeurs (donc plus onéreux, plus long). En revanche, le gros avantage d’un tel choix, c’est qu’en terme de design, fonctionnalités et connexions, c’est la liberté totale, puisque le code est dédié au site, il est possible de rajouter ou désactiver des fonctionnalités comme on le souhaite (avec le coût qui va avec bien sûr). C’est ici qu’interviennent des noms de langages de programmation Web comme Symfony ou Laravel.

Dernière solution, et probablement la meilleure, qui consiste à mettre en place un site Internet d’agence immo, basé sur une plateforme mutualisée. Cela permet d’avoir à disposition :

  • tous les outils nécessaires au métier immobilier (photos, détails techniques, diagnostics)
  • bien souvent la connexion automatique (appelé aussi « passerelle ») avec le logiciel métier (CRM) de l’agence = grands gain de temps
  • des délais de réalisation en général beaucoup plus courts
  • des frais de création par les prestataires, abaissés au maximum

Confort de navigation

Recherche par critères, filtres et tris

La meilleure manière de concevoir un site Internet d’agence immobilière, et de l’imaginer en utilisation « côté utilisateur », c’est à dire se mettre à la place du visiteur, et proposer le meilleur confort de navigation possible. Pour l’immobilier, cela passe par un accès simple aux annonces de biens (à la vente ou à location). La notion de filtres est importante, sauf s’il y a peu de produits sur le site ou si le site est dédiée à un typologie spécifique de biens immobilier (site uniquement haut de gamme, ou seulement villas pieds dans l’eau, ou exclusivement dédié aux terrains), sinon dans la majorité des cas, il est préférable d’avoir un formulaire de recherche multi-critères (mais pas trop de critères non plus sinon ça devient compliqué) ou sous forme de filtres ou sous formes de catégories illustrées (ces 2 derniers sont très intéressants pour le référencement Google, dont les robots ne postent pas les formulaires). Les filtres et les tris sont pratique aussi notamment pour trier par prix, nombre de pièces / chambres ou par surface, qui sont les critères principaux lors d’une recherche immobilière.

Ergonomie « responsive » (adaptables) sur tous les périphériques

Les statistiques en sont la preuve, il y a maintenant un volume très important de visiteurs sur Internet, provenant de smartphones et de tablettes. Ce n’est plus un secret, l’accès au Web se fait par différents supports, même sur la télévision, ou sur la montre connectée, il est possible de faire une recherche Google et donc de potentiellement atterrir sur un site immobilier. Mais pour que le site soit accessible à tous, il faudra l’adapter, ou plutôt le rendre adaptable à n’importe quel matériel. Que se passerait-il si votre site ne fonctionnait uniquement sur une configuration précise ? Vous auriez une grande partie de vos visiteurs, qui ne pourraient rien consulter, résultat : ils quittent votre site, considéré comme inutilisable. De la même manière, Google tient compte de la capacité d’un site internet à s’arranger proprement pour différents périphériques, et il qualifie avec plus de points les sites internet qui proposent une version fluide sur un smartphone ou sur une tablette tactile, il faut donc penser à le rendre compatible multi-supports.

Vitesse de chargement et de navigation

Nous l’avons tous vécus, rien de pire que de ne naviguer sur un site Internet lent, dont les pages mettent un temps considérable à se charger. Cela dépend de la vitesse de connexion Internet de l’utilisateur, certes, mais cela dépend aussi du taux de réponse côté serveur, et c’est très important. On en revient toujours au focus du confort du visiteur : un site internet donc les pages se chargent rapidement, les annonces ressortent de manière fluide et sans latence, est toujours très apprécié. C’est un facteur qui encourage le visiteur à rester plus longtemps sur le site internet, voire même à le retenir afin de revenir dessus ultérieurement. Imaginons un acheteur en début de recherche, sur un secteur ou les agents immobilier collaborent et partages les mandats entre eux, s’il devait choisir l’agent final qui va s’occuper de sa recherche, est-ce-que sérieusement il va rester définitivement sur un site dont la navigation est compliquée ou lente ? Bien sûr que non il va garder dans ses favoris les sites qui présentent bien les annonces, et ce rapidement.

Le contenu est roi

Ça y est ! le site de votre agence immobilière est prêt. Le nom de domaine est réservé, l’hébergement est opérationnel, et le graphisme est en place. Maintenant, il va falloir l’alimenter ! L’alimenter en annonces immobilières, évidemment et ça c’est votre portefeuille de mandats qui apparaîtra, mais pas que. En général, il est essentiel d’afficher clairement les coordonnées de contact du bureau, et de l’équipe (si il y a souhait de contacter directement les agents), mais aussi, il va falloir clairement exposer votre activité : c’est là que se déclenche le référencement naturel, calculé par les algorithmes des moteurs de recherche, comme Google.

Pour vos annonces immobilières, et on ne le répétera jamais assez, il faut soigner les descriptifs. C’est d’une importance capitale pour leur visibilité. La rédaction des annonces n’est pas à négliger, et voici quelques conseils :

  • si possible, saisissez un titre à vos annonces. Dans ce titre, profitez en pour rappeler des mots-clés pertinents (type de bien, lieux, atout principal)
  • dans la description, évitez si possible les abréviations, Google le détecte et même pour vos clients, ça fait plus sérieux et plus agréable à lire
  • n’hésitez pas à parler du secteur géographique, et globalement de ne pas être trop bref, un texte un peu riche en contenu sera toujours meilleur, que ce soit sur les détails techniques du bien immobilier ou pas (il est parfois vrai que dans certaines descriptions, un agent immobilier n’affiche volontairement pas toutes les informations du produit, pour éveiller la curiosité et générer le contact, il faut penser à la partie commerciale)
  • privilégiez, si vous êtes en capacité de réceptionner un contact client dans une langue étrangère, la traduction de vos annonces, dans les différentes langues de votre site immobilier (évitez les traducteurs automatique, qui font de la rédaction médiocre et parfois ridicule aux yeux de vos prospects dont c’est la langue native), faites plutôt de la vraie rédaction dans les autres langues

Autre catégorie de contenus éditoriaux à afficher, ceux de vos activité : transaction ? location ? gestion locative ? syndic ? il faut montrer à vos futurs clients ce que vous leur proposez. Ça pourra être sous forme de sous-menus, de catégories sur la page d’accueil, de présentation des agents dédiés avec leurs coordonnées. Rappelez toujours l’historique et les partenaires : l’année d’ancienneté, l’expertise, la caisse de garantie, le syndicat immobilier auquel vous faites partie, outil de partage collaboratif de mandats. Ces éléments, leurs logos, donnent confiance à vos clients.

Enfin, et c’est ce qui permet de démarquer votre site Internet des autres confrères aux yeux des moteurs de recherche, parlez des secteurs géographiques que vous travaillez. Votre ou vos implantations bien sûr, là ou vous avez des produits à présenter, les lieux où vous pouvez réaliser des estimations. Ces axes (région, commune, quartier, boulevard même) sont des outils très intéressants pour enrichir le contenu de votre site d’agence immobilière, il faut vous appuyer dessus. Les secteurs géographiques peuvent être ancrés sur des pages d’atterrissages et optimisées pour le référencement naturel, afficher des annonces de vos biens, et rediriger vers d’autres offres similaires. Ce sont des pages satellites qui vous permettent de gagner des prospects qui ne vous connaissez pas. De plus, les secteurs peuvent facilement être illustrées de jolies photos, qui ajoutera un confort de lecture à vos visiteurs.

Duplication et répétition ?

Lorsque l’on parle de contenu de qualité, et intéressant pour le visiteur, on parle surtout de contenu unique d’une part, mais évidemment qui apporte quelque chose au lecteur. La difficulté principale dans le digital pour l’immobilier, c’est la duplication des descriptifs d’annonces, non pas sur le site en lui-même, mais sur d’autres sites Internet. Explications : une agence immobilière, de manière générale, promeut les offres immobilières (qu’elles soient à la vente, à la location ou à la location pour les vacances) sur de nombreux supports. Les supports physiques, bien sûr : vitrine agence, magazines papiers, ceux-ci ne sont pas indexés par les moteurs de recherche. Mais il s’agit des supports Internet : portails, réseaux sociaux, voire blogs immobilier, en moyenne une agence immobilière publie sur 4 ou 5 portails en permanence, alors quand Google voir le descriptif d’une offre immobilière, 6 fois sur différents sites Web, pour son algorithme, c’est détecté comme la même annonce. Et la plupart du temps, ce sont les portails immobiliers qui ont plus de poids que les sites agences, qui prennent le dessus dans les résultats de recherche. Et tout cela est cohérent. C’est pour ça que certaines agences, dites, « courageuses » utilisent la technique dite du descriptif unique, cela sous entend qu’elles prennent le soin, de rédiger une annonce littéraire du bien immobilier, différente, unique et partie de rien (NDLR: reprendre une annonce existante et la reformuler, où modifier des termes comme Salle de bain en Sdb ne fonctionne pas, et peut même être néfaste, Google est suffisamment intelligent pour le détecter).

Autre contenu que les descriptions des annonces, sur lequel une agence est libre d’intervenir, est basée sur les contenus éditoriaux appelés « statiques ». Il s’agit ici des textes par exemple de :

  • Page d’accueil
  • Présentation de l’entreprise
  • Présentation de l’équipe des collaborateurs
  • Présentation de secteurs géographiques
  • etc …

Ces textes de présentation sont très importants, ce sont des instruments essentiels sur lesquels il est possible de s’appuyer pour améliorer la qualité des pages d’un site Internet. La page d’accueil, principalement, a un point très important aux yeux de Google par rapport au site Web dans sa globalité, de plus, ce sont les premiers mots que les visiteurs vont lire. Ce texte doit être bien rédigé, commercialement explicite et conséquent en volume.

Les pages de type secteur géographique, sont des instruments, qui sont utilisées pour réaliser ce qu’on appelle des pages atterrissage, elles souvent souvent très optimisables (Titre, description, METAs) et si bien arrangées, apparaissent très bien dans les résultats de Google pour capter des recherches ciblées ou dites de longue traine. De plus, typiquement pour l’immobilier, ces pages sont du contenus, lus par les visiteurs, alors pourquoi ne pas en profiter pour leur vanter les atouts de certaines communes ? Pensez que les visiteurs sont parfois étrangers, ou venant d’une autre région, et donc pas nécessairement au courant des points forts géographiques d’une zone (proximité aéroport, des plages, de commerces…). À ne surtout pas négliger donc.

Maillage interne et surtout maillage externe

Une fois votre site Web en place, les contenus rédigés, le moteur de recherche d’annonces défini, les filtres prêts, il faudra ficeler tout ça. Tout d’abord en interne, lier les pages entre-elles permet non seulement une navigation confortable pour l’utilisateur, d’avoir des menus, catégories et une organisation d’un fil lui permettant de ne pas se perdre sur votre vitrine en ligne, mais ensuite un visiteur pourra ne pas s’arrêter à une page sans issue, il est en effet préférable soit de créer un entonnoir de contact ou de conversion, soit de lui permettre de se diriger vers quelques chose de sensiblement différent ou similaire. Les moteurs de recherche comme Google apprécient les liens entre les pages, cela facilite l’indexation et si ce travail est bien réalisé, compte dans la valeur du site dans les pages de résultats.

Ensuite vient le maillage externe, qui est la base de l’algorithme de Google depuis son lancement dans les années 2000, le moteur de recherche attribue de la qualité à un site Internet, en fonction de qui et combien de fois d’autres sites Internet en parlent. Un peu comme la notion de bouche-à-oreille, mais virtuel : ce qui donne du poids à une page Internet et à un site Web en général, sont les liens extérieurs au site, qui pointent dessus. Bien entendu, la source du lien, son emplacement, son ancre, la thématique du site de provenance, sont tous des critères qui comptent lors du calcul de positionnement du célèbre moteur. Il est aussi très important de savoir que techniquement, tous les liens n’ont pas obligatoirement de poids (les liens de réseaux sociaux, les liens de Wikipedia, même si la source est de notoriété forte, ce type de sites verrouille le jus transmis qui permet de monter dans les pages de résultats), d’ailleurs, Google est loin d’être bête, et sait reconnaître des liens de mauvaise qualité, ou de faux liens, ou des liens manipulés, des liens naturels, des liens de médias, etc etc…

Quelques idées reçues

Les réseaux sociaux et le référencement

Attention, même si les actions de publication d’articles ou d’annonces immobilières, de faire parler de son agence immobilière, sur Facebook, Twitter, Youtube ou Instagram, sont des axes de communication (augmentent la notoriété de l’entreprise, fait apparaître le logo, affichent la réputation et les témoignages), ce type de publication n’influence à aucun moment votre positionnement sur Google ! Le site obtiendra des visites supplémentaires, c’est une source de trafic supplémentaire uniquement (s’il y a des personnes qui « likent » ou qui regardent les médias associés).

Un blog d’agence immobilière ?

On le voit très régulièrement, des dirigeants ou des négociateurs d’agence, qui passent un temps considérable à mettre en place et animer un blog d’actualités, et malheureusement la plupart du temps, ça ne sert presque à rien, du moins du côté de la technique et du positionnement. Pour qu’on blog immobilier puisse influencer sur les positionnements du site principal (au passage l’impact est léger par rapport à d’autres méthodes, sauf si le blog en question est très connu ou génère beaucoup de trafic de visites), il faut obligatoirement :

  • Que le contenu soit unique et non plagié ou copié d’un autre site internet
  • Que le contenu soit de qualité conséquente (pas simplement des articles de 5 lignes, c’est trop léger pour Google et il néglige les faibles contenus)
  • Que le blog soit soit placé en sous-domaine du site principal, pour capitaliser le contenu, soit qu’il se trouve des liens de retours sur le site principal à certains endroits, s’il est hébergé sur un autre nom de domaine ou sous-domaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce blog utilise FloeComment, essayez pseudonyme@ancre pour obtenir un backlink bien savoureux.
Les règles sont : 8 mots min.